Pour une entreprise, le véhicule est un outil qui sert directement ou plus indirectement à sa productivité. Étant un actif à part entière, il doit être tenu en compte dans les livres de la société propriétaire.  Pour la comptabilisation de l’acquisition d’un véhicule, il faut respecter toutes les règles se rapportant à la comptabilité et ne fausser aucune donnée pour un bilan en bonne et due forme à la fin d’un exercice.

La nature d’un véhicule

Une entreprise quelle qu’elle soit, se doit de procéder à la comptabilisation de l’acquisition d’un véhicule. En effet, tout achat d’immobilisation doit figurer dans les livres de comptes de la société.

L’immobilisation

Le terme immobilisation regroupe tous les actifs qu’une société peut exploiter pour une durée dépassant un exercice comptable donné (celui de l’acquisition de ladite immobilisation). Dans cette catégorie de biens, se trouvent :

  • Les immobilisations incorporelles comme les fonds de commerce, les brevets et le droit de bail ;
  • Les immobilisations financières telles que les actions, les titres et les prêts ;
  • Les immobilisations corporelles dont les machines, les outils et les matériels de transport tels que les véhicules.

Véhicules utilitaires et véhicules de tourisme

Même si la comptabilisation de l’acquisition d’un véhicule doit suivre les règles de l’écriture comptable, il est également primordial de faire la distinction entre la nature même des matériels de transport avant de les rapporter au livre comptable.

Cela étant fait pour déterminer la règle à suivre pour l’écriture. Avant toute opération, il est donc utile de savoir si une voiture est :

  • Un véhicule utilitaire, pour une récupération de la TVA ;
  • Un véhicule de tourisme, cas où la TVA ne peut être récupérée.

Les écritures comptables

Les écritures pour la comptabilisation de l’acquisition d’un véhicule doivent répondre aux exigences concernant :

  • la datation ;
  • les modifications après validation ;
  • les pièces justificatives ;
  • l’affectation des montants aux comptes du plan comptable ;
  • le principe de la comptabilité de la partie double.

L’acquisition d’un véhicule utilitaire

En application des règles de comptabilisation, l’achat d’un véhicule utilitaire doit se présenter comme suit :

  • au débit :
  • 2182 – Matériel de transport (prix d’achat HT)
  • 44562 – TVA déductible sur immobilisations
  • au crédit :
  • 404 – Fournisseurs d’immobilisations

L’acquisition d’un véhicule de tourisme

Pour les matériels de transport à usage touristique, les écritures comptables sont :

  • au débit :
  • 2182 – Matériel de transport (prix d’achat TTC)
  • au crédit :
  • 404 – Fournisseurs d’immobilisations

Autres écritures

Pour des écritures claires et complètes, l’entreprise acquéreuse ne doit pas oublier de débiter (pour une ou plusieurs autres écritures) les frais comme :

  • Les TVA à récupérer (44566)
  • Les équipements pour les matériels de transport (6063)
  • Les peintures publicitaires (623)
  • Les frais liés à la carte grise (6354)
  • La pastille Crit’Air (6378)

A la fin d’un exercice, tout véhicule acheté doit faire l’objet d’une immobilisation avec :

  • au débit : 68112 – Dotations aux amortissements et aux provisions sur immobilisations corporelles
  • au crédit : 28182 – Amortissements du matériel de transport